Le Réseau Alice



Auteur : KATE QUINN

L’histoire : Angleterre, 1915. Eve Gardiner, est recrutée comme espionne. Envoyée dans le Nord de la France, sous domination allemande, elle est formée par l’intrépide Lili, nom de code : Alice. Chaque jour elles luttent à leur façon contre l’ennemi, au péril de leur vie.
Trente ans plus tard, hantée par la trahison qui a provoqué le démantèlement du réseau Alice et la mort de Lili, Eve, devenue alcoolique, vit recluse.
Jusqu’au jour où une jeune américaine vient taper à sa porte pour lui demander de l’aider à retrouver sa cousine, disparue en France pendant la dernière guerre. Un nom ressort de l’ombre : Le Léthé.
Pour Eve c’est une lueur d’espoir….celle de la revanche.

Extrait :
— Le capitaine Cameron penserait-il vraiment cela de moi ?
— Peut-être pas, c’est un « decent chap » comme vous autres, Anglais, aimez le dire. Mais j’ai entendu d’autres officiers anglais parler ainsi de femmes comme nous.
    Eve étouffa un nouveau juron. Jurer, comme fumer, devenait plus facile. Sa chef de réseau la dévisageait d’un regard énigmatique. Exprimait-il du pragmatisme ? Du chagrin ? De la fierté ? Elle aurait été incapable de le dire.
— C’est ainsi, reprit-elle, non sans tristesse. C’est vraiment un sale métier, ne trouvez-vous pas ?

 

Mon avis : une lecture très fluide, j’ai plongé directement dans l’histoire malgré le petit temps d’adaptation car le récit oscille entre deux époques. Cette alternance permet justement de lever un peu la pression : les passages relatant la vie d’espionne de Eve sont souvent intenses et difficiles (âmes sensibles attention, cf TW à la fin). J’ai surtout été impressionnée par le personnage de Lili, qui a réellement existé en la personne de Louise de Bettignies.
La romance qui se situe dans la partie plus « moderne » de l’histoire ne m’a pas dérangée, elle apporte un souffle plus léger qui en séduira certains (pour ma part j’ai préféré la partie « historique », qui m’a plus happée malgré sa noirceur).
Certains évènements secondaires sont restés dans le flou, j’aurais aimé plus de détails sur quelques points. Cependant le roman est déjà dense (650 pages), tout développer aurait été compliqué.

Au final une bonne lecture, un sentier qui m’a émue et donné l’envie de découvrir d’autres héros/héroïnes de l’ombre, de leur redonner une place à la lumière.

TW : torture, avortement, violences. 

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s