Terre Noyée : Les Veilleurs (tome 2)

Auteur : ILÉANA MÉTIVIER

L’histoire : Grâce à ses amis, Annaëlle a réussi de justesse à échapper aux membres de l’Élite. Mais comment se cacher sur une île ? Séparés, ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne soient dénoncés. Au bout du chemin, la mort rôde. Jouant le tout pour le tout, ils décident de dévoiler certains secrets de l’Élite aux Capitalians.
Lorsqu’une ancienne connaissance devient une lueur d’espoir, Annaëlle est un pont fragile entre deux mondes. Au moment où le système s’apprête à basculer, un doute grandit : et si Capitalia n’était pas le dernier îlot de l’humanité ?


Extrait : Mon pied buta sur quelque chose et je m’allongeai de tout mon long. Ma poitrine, puis mon menton encaissèrent le choc, amorti par un tapis de feuilles mortes. Incapable de reprendre mon souffle et étourdie, je restai étalée plusieurs secondes. Assez pour que les feuilles, soulevées par de fines pousses, commencent à me recouvrir. La fée oeuvrait.
Un coup d’oeil derrière moi me permit de voir le toit de la vieille bâtisse. J’étais près. Désespérément trop près de mes ennemis. Comme pour me donner raison, la porte d’entrée claqua. Je m’aplatis le plus possible, plongeai mes mains entre les couches d’humus jusqu’à toucher des racines, puis enfouis mon visage pour me laisser engloutir par les feuilles mortes.
 


Mon avis : J’ai bien aimé retrouver cet univers particulier, et en découvrir plus sur Capitalia. Des personnages secondaires sortent de l’ombre, d’autres se dévoilent sous un nouveau jour (avec une préférence pour Zéa 😉 ). Le rythme est assez dense, les évènements s’enchaînent sans pour autant gêner la plume qui reste fluide.
De même que pour le premier tome, je suis surtout attirée par l’intrigue et l’ambiance dystopie-écologie-fantasy. Si la romance ne m’a pas dérangée, elle plaira sûrement davantage à ceux qui aiment le Young Adult.
La fin est frustrante, clôturant un chapitre riche en actions, je me pose forcément plein de questions sur le prochain tome.
Ce deuxième tome a été un bon moment de lecture, je craignais que cela ne finisse par tourner en rond, mais l’auteure a su développer un scénario qui laisse présager une suite intéressante.

Un sentier à suivre.  

Community



Auteur : LUNA JOICE

L’histoire : 3006. La Terre a été pacifiée grâce à Community, une technologie révolutionnaire qui permet à l’homme de communiquer par télépathie. L’égoïsme mis de côté au profit de la collectivité, conflits et inégalités appartiennent désormais au passé. Passionnée par les étoiles, Lyah est une jeune femme dotée d’une profonde soif de connaissances, qui la pousse à se poser beaucoup de questions sur le monde qui l’entoure. Bien plus que tous ceux qu’elle connaît… Pourquoi les humains ont-ils désormais interdiction de se toucher ? Pourquoi ne peut-elle pas choisir elle-même sa future Assignation ? Et pourquoi certaines bases de données lui sont-elles inaccessibles ? Tandis qu’elle exhume secret après secret sur la société aseptisée dans laquelle elle vit, une interrogation grandit dans son esprit. Pour Community, à quoi l’humanité a-t-elle renoncé ?

Extrait :
Isaak paraît étonné mais ne refuse pas. J’en profite pour discuter avec lui de son nouveau travail en tant que Cultivateur. Il me détaille sa journée, et cela me soulage un peu qu’il y mette tant de passion : je tiens à éviter qu’il ne rebrousse chemin sans moi pour aller déterrer ce que j’ai enfoui… Je réponds le strict minimum pour entretenir la conversation, mon esprit revivant en boucle ce qui vient de se passer. Mon ami n’a rien entendu, mais moi, si. J’ai crié. Il m’ a effrayée, et j’ai hurlé. Cela ne m’était jamais arrivé.
Je comprends ce que disait Athia à mon réveil au sujet de mes sens. Ils sont décuplés, au delà même de ce que j’imaginais possible. Si la parole m’est désormais accessible, quels autres secrets recèle Community 2.0 ?



Mon avis :
Une plume addictive, un univers futuriste travaillé : j’ai beaucoup apprécié le soin apporté dans les détails du quotidien. Les pages s’enchaînent, on découvre peu à peu les dessous de cette nouvelle humanité télépathique « unie », ainsi que les failles du sytème créé par Community. J’ai plongé rapidement dans l’ambiance.
J’ai juste un léger regret pour la fin qui, pour moi, s’emballe en un virage sec, et rompt un peu le rythme de base de l’intrigue, même si le fil directeur tient la route. Malgré ce cap, cela reste un très bon moment de lecture.
Ce roman a reçu le Prix Bernard Werber 2020, ayant lu pas mal de livres de cet auteur j’y ai retrouvé des thématiques communes, même si certaines sont abordées sous un autre angle.

Si l’humanité entière pouvait communiquer par la pensée, quel sentier prendrions-nous ?

Le Lieutenant et la Dame blanche



Auteur : CORALIE WINKA

L’histoire :
Novembre 1942. Angélique a dix-sept ans. Seule avec sa grand-mère malade, épuisée par les tâches de la ferme, elle doit en plus faire face aux Allemands qui viennent s’installer dans le secteur. Alors qu’elle devrait basculer dans la haine, son seul secours lui vient d’un officier ennemi, Ulrich von Brackenstein. Irréprochable et charismatique, ce dernier perturbe les convictions de la jeune fille.
Une simple partie d’échecs les entraînera sur un chemin lourd de conséquences…


Extrait :
Brusquement elle ne parvint plus à penser clairement. Après toute l’angoisse des mois et des semaines passées, l’absence de son père et de son frère, le dur labeur à la ferme et les privations, il lui semblait apercevoir une infime lueur d’espoir à travers ce geste anodin. Tout à coup, elle se sentit si lasse. Incapable de réagir. De penser. C’était si bon de plonger son regard dans celui de cet homme. Lâcher prise. Se laisser aller. Tout oublier. Ne penser à rien et se laisser happer par ce regard aussi glacial que ce jour de novembre.
— Vous ne vous sentez pas bien, mademoiselle ?

 

Mon avis :
Une histoire où la romance débute immédiatement et prend le premier plan, avec une trame historique bien documentée. La plume est légère, facile à lire. Le rythme est plus lent au début, avec une accélération sur la deuxième partie où les évènements se précipitent davantage.
On s’attache assez facilement au couple principal : Angélique dégage de la douceur, et une innocence parfois d’enfant malgré son caractère entier. Sous son uniforme Ulrich cache une âme idéaliste et poétique.
C’est l’histoire d’une jeunesse perdue dans une époque sombre, celle des conflits de valeurs et de sentiments. À qui ou à quoi doit-on être loyal ? Et à quel prix ?

Personnellement j’ai plus apprécié la seconde partie du roman, avec les épreuves qu’Ulrich et Angélique doivent affronter chacun de leur côté. Et derrière la romance, j’ai découvert des faits historiques tragiques, comme le destin de la ville du Portel.

Amateurs de romance et d’amour impossible, venez vous perdre dans ces pages…