Les Maîtres Enlumineurs



Auteur : ROBERT JACKSON BENNETT

L’histoire : Toute l’économie de l’opulente cité de Tevanne repose sur une puissante magie : l’enluminure. À l’aide de sceaux complexes, les maîtres enlumineurs donnent aux objets des pouvoirs insoupçonnés et contournent les lois de la physique.
Sancia Grado est une jeune voleuse qui a le don de revivre le passé des objets et d’écouter chuchoter leurs enluminures. Engagée par une des grandes familles de la cité pour dérober une étrange clé dans un entrepôt sous très haute surveillance, elle ignore que cet artefact a le pouvoir de changer l’enluminure à jamais : quiconque entrera en sa possession pourra mettre Tevanne à genoux.
Poursuivie par un adversaire implacable, Sancia n’aura d’autre choix que de se trouver des alliés.

Extrait : Il y eut un silence, puis les chantonnements et les murmures connurent un pic, et Sancia distingua une voix parmi eux :
< … j’ai des droits, j’ai de la patience, parce que je suis élu, je suis autorisé, je suis attendu, je suis guetté, je suis DEMANDÉ… >
< Bon Dieu >, fit Sancia. < Les objets enluminés sont tous névrosés ou quoi ? >
< On les oblige à agir d’une seule manière très spécifique >, répondit Clef. < Ce qui est plus ou moins la définition de la névrose . >
Sancia tendit le bras et toucha le parquet à main nue. Les planches prirent vie dans son esprit, l’une après l’autre… et, enfin, elle sentit que quelqu’un les parcourait lentement.
 

Mon avis : Un univers complexe, riche avec des ambiances soignées. J’ai trouvé le concept des enluminures fascinant, bien que parfois ardu (il faut un petit temps d’adaptation pour en saisir toutes les subtilités). Le duo de personnages principaux est intéressant, surtout Clef qui m’a beaucoup plu. Le rythme est assez dynamique. J’ai aimé l’augmentation progressive des péripéties et des rebondissements, les réponses qui entraînaient d’autres questions et les petites scènes inattendues. La plume plutôt mature dévoile une imagination puissante, foisonnante et une fin qui nous laisse l’impression vertigineuse d’être prêt à basculer dans quelque chose d’encore plus vaste. J’avoue être très curieuse vis à vis de la suite !

Au final un roman qu’on ne lit pas en diagonale (au risque de décrocher), et une immersion dans un monde sombre, violent, parfois cru et dont les secrets semblent de plus en plus profonds.

Adeptes d’univers complexes et d’actions ? N’hésitez pas à prendre ce sentier.

4 réflexions au sujet de « Les Maîtres Enlumineurs »

  1. Alors je dis « oui, mais » : oui, mais j’attends que la série soit complète pour commencer 🙂
    Ton avis rejoint la multitude de retours globalement positifs sur ce premier volume.
    J’aime beaucoup la couverture de Didier Graffet, un illustrateur que j’admire beaucoup pour ses couvertures assez dorées, vivantes, et très steampunk. Il a fait celle des temps modernes aussi, que je trouve très réussie.

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s