Les Arcanes d’Hemera


Auteur : ELYNA E.C.

L’histoire : « Croyez-vous en une vie après la mort, mademoiselle Rivière ? »

C’est un discours pour le moins intrigant que tient le directeur adjoint de l’Organisation à Allyn, après lui avoir fortement conseillé de le suivre dans un lieu mystérieux.
D’après lui, Allyn possèderait le même don qu’Axel, son frère défunt, à savoir celui de circuler dans un monde parallèle… mais dans quel but ?
Tout cela la laisse perplexe. Même si depuis deux mois elle vit une situation pour le moins surprenante, ce n’est pas pour autant qu’elle va croire en ce genre de choses.
Et pourtant…

Entraînée par le flot de révélations et le désir d’en apprendre plus sur son frère, elle doit se rendre à l’évidence, l’Organisaion et la mission qui lui est confiée semblent bien réelles ! Et tous comptent sur elle pour reprendre le poste qu’Axel a laissé vacant, à l’exception de son coéquipier  pour une raison encore obscure…

Extrait : Le souffle me manque pour décrire ce que je découvre lorsque mes pieds se posent sur le dernier pavé de la rue interminable. L’effet d’optique est prodigieux. C’est comme si le brouillard qui nous a enveloppés tout du long nous avait volontairement dissimulé la « récompense » qui nous attendait en haut de ce parcours d’obstacle.
– Dis-moi que c’est une blague, marmonné-je, peu emballée par la perspective d’avancer dans un tel champ de mines.
– Une de très mauvais goût alors.
– Tu l’as fait exprès.
– Moi ? Comment aurais-je pu deviner qu’un tel comité d’accueil patientait tout là-haut ?
– C’est toi qui as lu ce satané bouquin, il me semble. S’il y en a un qui devait se douter qu’une ribambelle de clowns zombies allait nous fixer comme des pantins désarticulés, c’est bien toi !
– Ah, excuse-moi, mais entre les souvenirs réels et le monde défiguré des Anges Noirs il y a un grand fossé. Je pensais que tu l’avais compris depuis le temps. 
 


Mon avis : Une trilogie à découvrir ! Après un début sur les chapeaux de roue, il m’a fallu quelques pages pour rentrer dans le bain, le temps d’assimiler toutes les informations de cet univers d’apparence simple, mais en fait pas vraiment. La lecture est ensuite devenue fluide, addictive, les pages se sont enchaînées sans que j’y prenne garde.
L’autrice joue sur la frustration du lecteur : les moments de flou artistique et de questions sans réponses m’ont tenu en haleine, malgré certains points sur lesquels j’aurais pu chipoter (ma spécialité), j’étais trop emportée par l’histoire pour m’arrêter. Et quand les zones d’ombre s’éclaircissent, c’est pour mieux nous replonger ensuite dans le brouillard. Les fins des tomes 1 et 2 m’ont donné l’impression de dérouler une pelote de laine, qui s’amusait à se réenrouler à l’autre bout !
Malgré quelques longueurs dans le dernier tome, j’ai vraiment apprécié cette lecture : dynamique et originale ! Et moi qui suis du genre un peu trouillarde, à mon grand étonnement j’ai adoré les passages dans les Affres : je trouve que l’imagination de l’actrice s’y révèle dans toute sa puissance. À tel point que j’avais hâte que les personnages y retournent (malgré les frissons que j’ai eu à plonger avec eux dans ces lieux cauchemardesques).

Au final une lecture à deux vitesses : celle dans les Affres et celle « d’en haut », porté par un style plutôt moderne avec une narration au présent, et des notes d’humour plus ou moins sarcastique.
Un univers qui m’a beaucoup plu, j’ai hâte de retrouver la plume de l’autrice sur un autre roman.  

À la Croisée des Rêves


Auteur : ELIE SOHEEN

L’histoire : Et si les rêves étaient en fait des myriades de dimensions parallèles ?
Chaque fois que l’on s’endort, notre esprit crée un monde éphémère qui se désagrège à notre réveil. Mais Isobel possède un don particulier : celui de se projeter dans ces dimensions fragiles, de les altérer, voire même d’en restituer les images dans le monde de « l’éveil ».
À 20 ans, elle cultive un quotidien simple et solitaire dans un petit village des Highlands. Jamais elle n’aurait pu prédire que cette femme, aperçue fugacement sur les rives de son loch local, fasse à ce point basculer sa vie. Pourtant, celle-ci s’invite dans ses songes et l’obsède.
Pour lever le voile sur ce phénomène inédit, Isobel devra suivre un fil d’ariane entre rêves, veille et cauchemars.

Extrait : Un endroit que personne ne pourrait jamais lui voler. Ici pas de fantaisie, seulement une observation méditative. Sa création commença alors à s’étioler. Le phénomène commença à l’horizon, délité progressivement, rogné par cercles concentriques autour de la Rêveuse. Elle savait ce que cela signifiait, ça ne lui faisait pas peur. Jusqu’au bout, elle savourait ce qu’elle pouvait de ce décor idyllique et quand les ténèbres l’eurent rejointe, elle ferma les paupières.
 

Mon avis : Un roman où la frontière entre le réel et les rêves se trouble parfois. La construction du texte rehausse cet effet : la chronologie fait des sauts dans le passé à travers des songes et des flashback, comme si des bulles de souvenirs remontaient à la surface.
La plume est fluide, je me suis laissé porter par l’histoire sans trop savoir où j’allais, c’était agréable et addictif.
J’ai été surprise par le petit côté thriller qui se glisse au fur et à mesure de l’intrigue, une évolution inattendue mais efficace, j’ai apprécié cette originalité.
Vers la fin certaines choses deviennent plus prévisibles, et malgré le dénouement il reste des questions secondaires en suspens, quelques bancs de brume pas tout à fait dispersés. J’aurais aimé creuser un peu plus, ma curiosité reste un peu sur sa faim. Une ouverture pour un prochain tome ?

Au final un roman d’ambiance avec sa touche d’originalité, une lecture agréable et la découverte d’une plume dotée d’une jolie sensibilité artistique. Un auteur à suivre.