Into the deep

Auteur : SOPHIE GRISELLE

L’histoire : À plus de onze mille mètres de fond, la fosse océanique des Mariannes, au large de l’océan Pacifique : l’endroit le plus profond sur Terre…

C’est là que Sam Luzarche, jeune océanologue, découvre une créature qui pourrait bien remettre en question tout ce qu’il croyait savoir sur la science, sur les fonds marins et, en définitive, sur lui-même.


Mon avis : un roman d’ambiance où j’ai retrouvé des notes du Grand Bleu. Le suspense est prioritaire, sans actions en cascade, mais au contraire rehaussé par des découvertes et des révélations.
J’ai apprécié les personnages complexes, et cette plongée dans deux sortes d’abysses : la fosse des  Mariannes et soi-même. La thématique scientifique s’articule très bien avec l’Imaginaire dans cette intrigue, la lecture est très fluide. On retrouve l’obsession humaine, les limites floues de l’éthique face aux enjeux personnels, quand on touche au domaine de l’inconnu.
J’ai été sensible à l’atmosphère particulière créée par Sophie Griselle, le mystère de la créature et son lien avec la disparition de tout un peuple. Les quelques longueurs y ont leur place car elles sont cohérentes avec les débats intérieurs de Sam. 

La fin est laissée à l’interprétation du lecteur : promesse d’une fin funeste ?
Après tout vivre c’est une question d’équilibre entre nos différentes facettes… jusqu’à son terme.
Je garderai avec plaisir un oeil sur les futures publications de l’auteure.

Merci à Sophie Griselle et aux éditions SNAG pour l’envoi de ce service presse, ce fut une belle découverte !  

GASPS Saison 1 et 2

Auteur : MAÏLIS

L’histoire : Et une remorque pleine de squelettes supplémentaires, une ! Sans eux, le marché de Noël de Colmar retrouvera bientôt son allure d’antan. Plus vide, certes, mais moins morbide.
Je les plains. Pas les squelettes, mais ce qu’ils étaient avant de devenir des ossements démantibulés, dépourvus de chair. Quand des rêves les animaient encore… Et je les envie aussi.
Eux, ils ne perçoivent pas les spasmes bruyants et inutiles de ce monde à l’agonie.
Je suis mal placée pour me lamenter. Au sommet de la chaîne alimentaire, je ne crains rien. Si ce n’est moi-même…

Qui a dit que c’était facile de rester humain quand l’humanité elle-même part à la dérive ?


Extrait :
– Parce que vous croyez qu’ils seraient plus en sécurité où ? Avec vous peut-être ?
Je lâche un rire sans joie.
– Tout ce qu’on leur a fait subir avant qu’ils ne me trouvent, ce sont les humains qui le leur ont fait. Pas les éveillés.
Il tente de m’apaiser d’un geste.
– Je vous demande juste d’y réfléchir. Les enfants sont précieux. Depuis la catastrophe, les femmes ont du mal à en avoir. Et c’est devenu dangereux. Très dangereux.

 


Mon avis : Une très belle découverte !
J’ai accroché au premier tome, malgré le personnage principal taciturne, parfois colérique (sans être agaçant), un peu cynique, une anti-héroïne donc, auquel je me suis progressivement habituée.
La plume est fluide, dynamique, dans un style plutôt moderne.
L’univers post-apocalyptique mêlé de surnaturel est très addictif (et en plus ça se passe en France, merci ça change !), les chances de survie y sont minces et les mauvais côtés de l’être humain sont au premier plan dans ce monde où toutes les règles de base ont volé en éclats.
La violence règne sous différentes formes, les alliances sont souvent éphémères et les rares valeurs qui subsistent sont telles des lueurs d’étoiles dans une nuit profonde.

 Le tome 2 a frôlé le coup de coeur, je ne peux rien dire sans spoiler, juste que mon petit coeur sensible a mal digéré le destin d’un personnage, sniff.
Le retour en arrière était légèrement déroutant au début mais j’ai vraiment aimé en apprendre plus sur l’instant où tout a basculé. Et cette fin ! J’ai tellement hâte de lire la suite !

Un sentier à prendre si vous aimez le post-apocalyptique sombre. 

La Couleur des Nébuleuses



Auteur : AMANDINE PETER

L’histoire : Voie lactée, 2198.
Les Nébuleuses, ces particules aux propriétés miraculeuses, font l’objet d’un conflit religieux depuis leur apparition providentielle dans la galaxie.
Ani, une fidèle intouchable, s’apprête à entrer dans l’ordre du Nébularium. Alors que tout les oppose, elle et Storm, mystérieux commandant de la Maraudeuse, se retrouvent malgré eux au coeur d’une ancienne rumeur qui pourrait bien menacer une paix déjà fragile.

De créatures-vaisseaux en planètes fantastiques, entre rêve et cauchemar, leur quête de vérité bouleversera leurs certitudes et lèvera le voile sur des secrets enfouis depuis bien trop longtemps…

Extrait :
— Je savais que j’avais oublié un détail important… j’aurais sans doute dû commencer par ça, en fait. J’ai mentionné le fait que la Maraudeuse était un bionef, hein ?
Je hoche la tête.
— Bon c’est plus compliqué que ça, en vrai. Elle a du caractère, et parfois même… le sens de l’humour disons. Les pods sont interchangeables, ils sont montés sur rails, et elle s’amuse à changer la disposition des cabines de temps à autre. Va falloir t’attendre à perdre un peu tes repères. Nous, on est habitués. Quoique, l’autre jour, Cicero a bien failli passer la nuit dans le couloir.
 


Mon avis : J’ai été impressionnée par l’imagination prolifique de l’auteure au niveau des décors, planètes, espèces etc. Les descriptions sont superbes, j’ai visualisé parfaitement ces lieux imaginaires. Une explosion de couleurs et sans alourdir le rythme de lecture.
Ce dernier est d’ailleurs trépidant avec une narration au présent: les évènements s’enchaînent très vite (presque trop, j’aurais aimé passer plus de temps à certains endroits, m’attarder en compagnie de certains personnages) mais le fil directeur se suit sans problème, la lecture est fluide.
J’ai également apprécié l’ambiance qui mêle aventure, intrigue, humour, quelques passages difficiles (attention aux âmes très sensibles), et un soupçon de romance.
Je me suis plus attachée à l’équipage de la Maraudeuse, comme c’est ceux qu’on voit le plus souvent. L’héroïne, qui aspire au début à une vie simple, se retrouve avec le destin (et l’envie) de sauver l’univers. Mais derrière ce cliché je perçois une ambivalence, une psychologie qui se construit dans la tourmente avec un profond désir de reconnaissance, d’appartenance.
J’ai hâte de savoir si mon intuition est la bonne, le tome 2 vient de sortir !

Au final, un sentier qui m’a clairement déconnectée du quotidien, c’était un très bon moment de lecture. Pour ceux qui aiment les histoires dynamiques n’hésitez pas !