Ultimate Terra Nova



Auteur : ABOUBAKRI SAO

L’histoire : En 2035, le monde entre dans une nouvelle ère. La troisième guerre mondiale a fait des ravages considérables, provoquant le chaos sur la planète. Pour rétablir l’ordre, des clans apparaissent dans divers endroits du monde. La plupart de leurs membres possèdent un Néo Cerveau leur conférant des aptitudes spectaculaires.

Membre du clan Terra Nova, Kadaj, Électromancien, voit sa vie basculer le jour où il rencontre Ragnarök, une milice extrêmement dangereuse. Cette organisation recherche activement Atlas, le chef des Terra Nova. De plus, le gouvernement, qui considère les clans comme illégaux, veut à tout prix mettre la main sur un cyborg que posséderaient les Terra Nova.

Quelles sont les origines du Néo Cerveau ? Pourquoi un cyborg attise-t-il la convoitise du gouvernement ? Et d’où provient cette pierre qui permet à son détenteur de bénéficier de pouvoirs extraordinaires ? La nuit succède au jour, les réponses succèdent aux questions… ces événements vont bouleverser à tout jamais la vie de Kadaj.

Extrait :
Le laboratoire était aussi spacieux que le hall. Aucune pièce ne semblait de taille normale dans cet immeuble. De fines plaques en acier recouvraient les murs. À quelques mètres de l’entrée, de gigantesques ordinateurs encombraient un vaste bureau en arc de cercle. Un chaos indéfinissable envahissait la moitié de la salle. Des débris de pierre et de métal jonchaient le sol.

– J’ai la désagréable sensation que plus je viens ici et plus c’est le foutoir, lança Saga. Tu pourrais au moins faire l’effort de ranger, Sham’s. 
– Et toi, plus tu viens ici, plus je me retiens de te casser les dents, répliqua Sham’s, assis devant le plus petit des terminaux.


Mon avis :
Qualifié de « roman manga », cette histoire en reprend effectivement les codes classiques : rapports entre les personnages (sensei, senpai, etc.), camaraderie et trahison entre jeunes adultes pleins de fougue, énormément de scènes d’actions très visuelles à l’aide de pouvoirs surnaturels et de noms d’attaques.

L’imagination de l’auteur est riche, le rythme est rapide laissant peu de place aux temps morts, avec une accélération sur la fin où les lieux et les combats s’enchaînent. Ce dernier point m’a d’ailleurs un peu lassée (trop d’actions finit par perdre en intérêt), sans doute accentué par le fait que beaucoup d’informations sont brutalement données, mais un flou persiste sur pas mal de choses. J’ai eu un peu de mal à comprendre le lien entre différents évènements. Peut-être que le tome suivant permettra d’y voir plus clair ?
Je trouve que certains points secondaires pourraient être plus développés, afin d’améliorer l’immersion du lecteur dans cet univers (par exemple la touche de romance qui semble surgir de nulle part m’a laissée un peu perplexe, mais pour ceux qui préfèrent l’action ce sera sans doute un point positif).

Au final une lecture divertissante dans une ambiance d’anime. Une histoire qui gagnerait à être « vue » plutôt que « lue ».
 

Ce roman fait partie des finalistes du Prix des Auteurs Inconnus 2020, Catégorie Imaginaire.
https://www.prixdesauteursinconnus.com/ 
https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/
https://twitter.com/prixdesai
https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus/

Bride Stories : volumes 1 à 11

Auteur : KAORU MORI

L’histoire : Amir 20 ans est envoyée dans le clan voisin pour épouser Karluk, un garçon de huit ans son cadet ! Se faisant progressivement à sa nouvelle vie, elle croise peu à peu d’autres personnages comme Smith un explorateur anglais venu étudier leurs traditions. Ce dernier rencontrera sur son chemin Layla et Leyli, de jeunes jumelles intrépides. Mais aussi la bouleversante Talas une veuve au destin difficile, ou encore Anis une femme persane aisée qui cherche une soeur conjointe. Sans oublier Pariya impossible à marier à cause de son caractère épouvantable !

Mon Avis : cette série nous emmène au coeur de l’Asie Centrale il y a plusieurs siècles. Le coeur de la série est le Mariage : arrangé, consenti, jeune ou âgé, homme ou femme. Cette institution qui se marchande ou s’offre, s’accepte ou se refuse, entraîne bonheur ou malheur et coûte parfois la vie. A travers des dessins absolument sublimes, élégants et parfois sensuels (moi qui avait arrêté les mangas j’y suis revenue juste pour celui-là et en grand format histoire d’en profiter au maximum !). On y retrouve tout le panel des émotions humaines dans des histoires de vies au quotidien, le tout en voyageant avec des personnages attachants.
Je n’ai qu’une hâte : que le volume 12 sorte !

Ps : cette oeuvre a gagné en 2005 le prix Intergénérations du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Ajout décembre 2020 :
Le tome 12 est aussi bon que ses prédécesseurs, la qualité est toujours au rendez-vous et je ne me lasse pas de voir les différentes petites intrigues se dérouler autour des personnages. Dans ce tome on en revoit une grande partie, avec en bonus un coup d’oeil sur la famille de Mr Smith ^^.